Femmes d’ici et d’ailleurs – Photographies de Joël Delepine

Cette série de photographies offertes à l’association et exposées lors du Festival 2018 est extraite d’un travail en noir et blanc « Gens d’ici et d’ailleurs »

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces instants de vie sont principalement des « photos de rues » ce travail implique un effacement de soi, l’autre vous offre son moment de vie. Je suis un voleur d’instant de beauté et j’essaye de le transcrire en image, image telle que je la voyais intérieurement. Toutes ces personnes nous offrent leur beauté, qu’en faire sinon la partager.

 

Joël Delepine

Joël Delepine

Photographe

Né en 1951 à Agen, dans le Lot et Garonne, je suis arrivé l’année 1975 en Haute-Savoie. Après une carrière au sein du Ministère des Finances, branche Douanes, j’exerce un mandat de conseiller municipal à Saint Julien en Genevois.

Ma passion pour ce mode d’expression, la photographie, vient d’une rencontre avec un artiste photographe Toulousain Jean Dieuzaide dit Yan, j’avais 17 ans.

J’ai débuté en argentique, aujourd’hui je travaille principalement en numérique. J’essaye de produire des images porteuses de sens en terme humain, des images dotées de clarté, de cohérence et qui dénotent un point de vue. C’est un langage visuel et créatif. Par l’image, j’essaye de faire passer une idée, sans les mots, sans discours, c’est au spectateur à trouver les mots, j’essaye juste de rendre sensibles les idées.

Je me suis naturellement tourné vers« la photographie de rue ». Je suis spectateur de la rue, mais aussi spectateur de moi-même du fait où je choisi l’image suivant, je serais tenté de dire suivant mon instinct. Ce travail est de prime abord solitaire, surtout lorsque je photographie la vie des gens, la rue. Il faut se faire oublier et s’oublier soi-même, rester dans l’ombre même en plein soleil, se fondre dans la masse, être transparent.

L’important c’est un regard dedans, l’objectif, et un regard dehors. Tout cela afin de saisir, quelques fois de voler, un instant de vie qui n’est pas mien.

Vient ensuite le temps du travail sur cet instant, le temps du sculpteur de lumière, le temps du faiseur d’ombre, afin d’essayer de rendre visible la part de vérité telle que je l’ai perçue à travers mon optique.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer