Les femmes qui rient – un tableau et un livre de Mylène Besson

Si Mylène Besson était mise en valeur lors de notre Festival 2018, ce n’est pas un hasard. Sa toile nous a émus, et nous avons contribué à l’édition du livre retraçant le projet de cette grande fresque.

Pour ceux qui sont venus au Festival 2018, le travail de Mylène Besson ne vous a certainement pas laissé indifférents. Les femmes de sa toile « les femmes qui rient » vous ont parlé et éveillé en vous de nouvelles émotions.

« Oui, il y a dans son oeuvre le portrait des âges de la vie. Elle agit magiquement, fixant au passage des états d’âme que modèle le temps qui passe. Faut-il avoir beaucoup aimé pour pénétrer à ce point l’écriture du corps. A ce niveau, chaque trait rajouté est semblable aux lettres d’un mot finissant par composer un texte poétique et sensible pour exprimer l’amour profondément. » (Maurice Simon)

Car comme elle le dit elle-même: « Avant d’être de la matière assemblée sur un support, une peinture, un dessin, c’est de la vie. La matière première que je travaille c’est le flux qui me pénètre, l’indéfinissable des affects. C’est du noir, du désir.

Peindre, dessiner c’est agir… c’est transformer le contact, le frottement de mon corps au monde. »

 

 

Les Femmes qui rient, c’est aussi un livre, histoire d’un très grand dessin avec un texte d’Annie Ernaux, préface Isabelle Roussel-Gillet et les paroles des trente femmes qui ont posé

Même les Inrocks en parle…

Mylène Besson

Mylène Besson

Artiste peintre

Je suis née en 1961 à Chambéry, où je vis et travaille.

Enfant, je rêvais d’être comédienne, puis adolescente, ce sont les beaux-arts qui m’apparurent désigner la vie qui m’aspirait, mais je n’avais aucun don pour le dessin et ne savais pas que cela s’apprenait… c’est donc plus tard, grâce à des rencontres dont mon compagnon le peintre Pierre Leloup, et une formation professionnelle que je me suis retrouvée progressivement dans une vie artistique.

Au sein du collectif des artistes savoyards avec la Compagnie du 1000 pattes, le théâtre de la Glèbe et la Galerie du Larith se développèrent plusieurs projets, en danse, théâtre et bien sûr en Arts plastiques.

Avec Pierre, décédé en 2010, nous rencontrons plusieurs écrivains et poètes dont Michel BUTOR, Bernard NOËL, Pierre BOURGEADE, Fernando ARRABAL avec lesquels je collabore.

J’expose en France mais aussi à l’étranger dans le cadre de missions culturelles « dialogue création », (Bulgarie, Sénégal, Congo, Albanie) et participe à 2 résidences au Maroc, autour et avec Michel BUTOR.

Ma première exposition personnelle date de 1989.

Je travaille sur de grands formats car j’aime me sentir à l’intérieur de la peinture. Comme support, j’encolle un papier d’emballage sur une toile libre. Je dessine et peins contre le mur et sur le sol. J’utilise toute sorte de matériaux.

Je commence en faisant naître un ou plusieurs corps, grandeur nature avec un fusain. Parfois cela suffit, sinon, j’apporte de la couleur. Je cherche des matières, des vibrations en superposant, griffant, frottant, essuyant …

Mais avant d’être de la matière assemblée sur un support, une peinture, un dessin, c’est de la vie. La matière première que je travaille c’est le flux qui me pénètre, l’indéfinissable des affects. C’est du noir, du désir.

Peindre, dessiner c’est agir… c’est transformer le contact, le frottement de mon corps au monde.

Membre de « Fiber art fever ».

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer